Musique/ Entrevue avec la Chanteuse Mbalou Kanté

by Kolazine / il y a 10 mois / 0 Commentaires
#

Je reviens, bientôt, sur la scène avec un double-album
«​ Une entrevue de notre reporter avec la Djely-Chanteuse M’Balou Kanté qui-après quelques années- s’apprête à revenir sur la scène musicale Guinéenne et d’ailleurs. De son parcours à ses projets, elle a évoqué tous les sujets que les mélomanes peuvent se poser concernant sa carrière…​ » Entrevue.
Quelques mots sur toi…
Je me nomme M’ Balou Kanté griotte, mère de trois enfants dont un garçon.
Je suis née dans une famille d’une Djely à Kankan (NDLR la 2ème capitale de la Guinée). Mon défunt père était le Directeur Artistique de l’Ensemble Instrumental de Kankan et ma mère était également une vedette à Kankan.
La musique c’est un héritage pour moi, car mes parents étaient tous des grands chanteurs de renoms à Kankan. Grâce à cela, depuis mon enfance, j’ai commencé, aussi, à chanter dans les cérémonies derrière ma maman qui était une grande Djely à l’époque. A l’âge de 16 à 17 ans Dieu m’a donné un mari qui s’appelle Elhadj FéFé Diabaté qui est, aussi, issu d’une famille de Djely. Après notre mariage, nous sommes venus à Conakry, delà, j’ai continué à chanter dans les cérémonies ( mariages, baptêmes etc.) avec l’orchestre de mon mari.
C’est grâce à des cérémonies de mariage, baptêmes que le public m’a connu. Chemin faisant, mon mari m’a beaucoup aidé pour faire sortir mon premier album « Whon Béré » qui a d’ailleurs beaucoup marché.
C’est grâce à cet album je suis allé dans plusieurs pays et dans le monde.
Parles-nous de tes projets immédiats ?
Actuellement, je suis entrain de préparer mon cinquième album dont la sortie est prévue pour le mois de mai prochain incha-allah. Grâce à l’appui de mon mari, de Yakhoumba Sékou et mon jeune frère plus des personnes de bonne volonté. Cet album est presque fini.
J’ai, aussi, d’autres projets qui sont en cours, mais mon projet phare c’est la préparation de mon double album quatre et cinq.
Après mes albums à savoir Whon Béré, Championnat Kho, Djan tô, je me prépare pour le quatrième et le cinquième..
Grâce à mon travail et mon expérience dans la musique, Dieu a fait que tous mes albums ont marché ici et ailleurs. Aujourd’hui, grâce à la musique, j’ai toujours fait les grandes scènes dans le monde. L’album que je suis entrain de préparer contient 22 titres qui seront tous aimés par mes fans inch’Allah..
De tes 3 albums quel est celui qui a le plus marché ?
Tous mes albums ont bien marché. Mais si vous me demandez lequel qui a plus marché ? Je vous dirais que c’est mon premier album parce que c’est grâce à cet album, j’ai fait le tour du monde, et j’ai eu beaucoup de choses dont je n’imaginais pas dans ma carrière. Aujourd’hui, je n’ai pas d’autres métiers à part la musique, et la musique est mon premier métier dans le monde. C’est pourquoi, je prends mon temps pour bien faire mes albums. Mais, un artiste doit se faire accompagner par les personnes pour t’aider, et moi j’ai eu cette chance mon jeune frère de lait Kabinet Kanté m’a beaucoup aidé dans ma carrière même cet album que je suis entrain de préparer c’est lui qui a presque tout fait avec Yakhoumba Sékou et la bénédiction de mon mari.
Dis-nous avec quels artistes tu as fait des featuring​ ?
Oui ! J’ai fait plusieurs featuring avec certains artistes comme mon grand frère Kabinet Kandia Kouyaté, mais cette chanson ne sera pas sur cet album. Mais quand même j’ai fait plusieurs featuring dont je préfère pour le moment garder les noms, le moment venu vous serez tous informés..
Qui est ton modèle dans le Djeliya ?
D’abord moi , je suis Djely et ma famille nous sommes tous des Djélys. Donc, mon modèle c’est ma mère qui m’a initié à la chanson depuis mon enfance. Nous, on ne chante pas pour chanter mais on chante pour unir, régler les problèmes entre les gens, conseiller les gens et véhiculer le message de paix, d’amour et de sagesse. Mais, celle qui m’a beaucoup plus marqué dans la musique, c’est Hadja Sona Kouyaté, la grande sœur de ma mère. La musique je vous ai dit, c’est un héritage pour moi ensuite, c’est ma passion.
Dans notre​ famille nous sommes tous des Djély. Moi particulièrement, depuis mon enfance j’ai aimé la musique à travers ma mère. Depuis alors, je suis devenue chanteuse. Mais je souligne aussi que j’étais choriste avec Mory Djéli Dîne Kouyaté,Sékouba Bambino , Sékouba Kandia Kouyaté etc..
A t’entendre parler on sent que tu es sure de toi. N’est-ce pas ?
(Rires…).Non ! Mais, moi avant de chanter je prends tout mon temps pour chercher les mots qu’il faut avant de chanter. Car, notre mission c’est de conseiller les gens donc pour cela, il faut bien réfléchir avant de chanter. C’est pourquoi mes albums ont toujours marché. Bien sûr que, quelque part, on chante, aussi, pour distraire les gens afin​ d’oublier certains soucis. De ce côté, nous sommes des médecins qui guérissons des maladies à travers la musique…
As-tu des conseils à prodiguer à la nouvelle génération ?
Bon ! C’est d’écouter les anciennes musiques guinéennes pour mieux s’orienter. Car, la Guinée est l’un des pays qui a la meilleure culture dans tous les domaines. Mais, aussi, je leur demande de donner beaucoup plus de conseils de paix, amour et sagesse. Car, un artiste est un exemple à suivre pour sa société…
Nous sommes au terme de notre entretien qu’est-ce qu’on n’a pas dit et qui te tiens à cœur.
Une bonne question, M’Balou est différente des autres parce que moi, je ne fais pas de copier-coller et j’ajoute, toujours, quelque chose pour donner de la valeur à la musique et mieux servir pour la société.
Je voulais, aussi, m’accentuer, un peu, sur certaines qualités de mon père qui jouait la guitare, le balafon et beaucoup d’autres instruments de musique traditionnelle. Mais, aussi, ma mère qui était vraiment une cheffe cantatrice de la musique traditionnelle Guinéenne à Kankan. J’ai eu la chance de travailler avec elle pour m’initier comment aborder certaines chansons et surtout adapter à ma façon de chanter.
Pour la petite anecdote, je vous apprends que ma mère était l’une des chanteuses préférées du « feu » Ahmed Sékou Touré, Ancien Président de la République de Guinée. C’est pourquoi moi je ne fais pas m’importe quoi dans la musique. Nous nous sommes des messagers dans la musique…
Mon grand-père paternel s’appelle, Elhadj Mamadi Kanté et mon grand-père matériel s’appelle Konkoba Kabinet Kouyaté et ma grand-mère s’appelle M’Balou Kanté qui est mon homonyme.
Kokonba Kabinet Kouyaté était un grand Djely qui est le père de Hadja Sona Kouyaté, Hadja Djatenin Kouyaté qui est ma mère et qui a fait beaucoup d’enfants presque nous sommes dans la musique…
T’as rien d’autres à rajouter​ ?
D’abord je remercie mon mari mais, aussi, Yakhoumba Sékou Camara, mon jeune frère Kabinet Kanté. Et, surtout, toutes les personnes qui m’aident dans ma carrière. Sans oublier les journalistes car vous faites beaucoup de choses pour nous les artistes.
Propos recueillis par
Mohamed Tawel Camara







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.