Palm Camayenne/ Koundouwaka, désormais, installé sur le trône de la musique Guinéenne

by Kolazine / il y a 4 mois / 0 Commentaires
#

Le samedi 9 mars 2019, planté entre la piscine de l’hôtel Palm Camayenne et les berges de l’océan Atlantique, le podium, au décor de rêve, ayant accueilli le chanteur Koundouwaka qui a presté en live, semble être une sorte de plaine, témoin de hauts faits historiques… Fait historique de la musique Guinéenne…
Koundouwaka a pris le pouvoir et s’est, confortablement, installé sur le trône de chef de file de la musique Guinéenne authentique qui avait vraiment besoin leader. Musique à inspiration du terroir ? Le chanteur handicapé, du pied droit, a montré, encore une fois, le chemin. Ecoutez, entièrement, l’opus Dodo et vous serez, plus, édifié.
Les rythmes Manè, Yolé, aux accents doudoumba par la chorégraphie proposée, sont alternés avec alchimie. En une soirée, on a retrouvé la musique de chez nous.
Accompagné par son groupe, le chanteur au pied magique, a livré une prestation de taille Patron. .Même s’il faut lui reprocher d’insérer un peu trop de mots qui lui aurait fait gagner en prestation, force est de noter que son orchestre a su compenser tant dans l’harmonie musicale dans l’accompagnement que l’enchainement des titres. L’on sent que les répétitions ont été maitrisées. La mention spéciale concerne la section vent, le saxo et la trompette que Koundouwaka a, intelligemment, inséré dans l’orchestration. Ça a donné une nouvelle dimension à sa musique.
Que faut-il noter d’autres ? L’équipe managériale a réussi son pari de faire une double dédicace sur l’esplanade du palais du peuple et à Palm Camayenne (Vous lirez’’ Koundouwaka, pari osé, pari gagné’’). Mais, cette équipe doit éviter d’être triomphaliste, en dormant sur ces lauriers. Que l’équipe reste soudée et concentrée sur l’essentiel pour éviter les artifices qu’on note, souvent, après les dédicaces.
C’est maintenant que le boulot commence. Faut maintenir le chanteur au sommet. On attend le prochain challenge de la team à Joe Keita, qui a fait trop d’apparitions sur le podium.
Disons que lors de cette soirée, l’ambiance était festive, comme d’habitude, dans un cadre idéal avec un Koundouwaka phénoménal. Tous les amoureux de la musique Guinéenne ont eu droit à une ‘’immersion’’ dans les rythmes du terroir.
On était loin de tous ces bruits désordonnés que font des chanteurs et chanteuses de la place. Musique kleenex teintée de plagiats d’afrobeat, de coupé décalé ou Ndombolo… On est sorti du show de Koundouwaka avec l’espoir que la musique Guinéenne est encore là et bien là.
Marco Ibrahim







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.