Conakry, capitale mondiale du livre enfin reconnue par l’État : la réaction des acteurs culturels

by Kolazine / il y a 40 mois / 0 Commentaires
#

Conakry Capitale mondiale du livre, le plus grand évènement littéraire mondial attendu cette année dans la capitale guinéenne, a été reconnu d’utilité publique par un décret présidentiel lu sur les ondes de la télévision nationale, ce 23 janvier 2017.


Intervenant à 90 jours près du lancement officiel, cette reconnaissance est une heureuse nouvelle pour le Commissariat général de Conakry Capitale Mondiale du Livre (CCML 2017). Mohamed Lamine Camara, Vice-Commissaire chargé à l’organisation ne cache pas sa satisfaction. « Au nom du Commissariat général de CCML, nous saluons l'acte pris par le Président de la République. Cela dénote toute l'importance du projet pour la Guinée et sa population. Parce que c'est un projet d'une grande importance et qui a un avantage pour une grande partie de la population guinéenne », se réjouit-il.



Même son de cloche pour les Hommes de culture. Mamadou Samba Bah est président de l’Union des Journalistes et Animateurs Culturels de Guinée (UJACGUI). « C’est une très bonne initiative. Bien qu’elle soit prise à seulement trois mois du lancement de l’évènement, je pense que le fait de le reconnaitre d’utilité publique, permettra à toutes les couches sociales de s’impliquer à l’image des jeunes déjà très engagés pour la réussite », a-t-il estimé.



Plus loin, Mohamed Lamine Camara invite tout un chacun à s’impliquer pour la réussite de cet évènement dont nombreux doutent des capacités de la Guinée à l’abriter. « Nous espérons que le décret du chef de l’Etat sera suivi d'effet et que chaque guinéen, chaque entreprise, chaque organisation à la hauteur de ses capacités apportera sa contribution pour que CCML soit une réussite mémorable pour notre nation. Ce projet qui compte plusieurs activités dont entre autres les salons du livre, les colloques, les formations, les festivals et surtout la construction des points de lecture et des médiathèques. C'est dire qu'il nécessite la mobilisation d'importantes ressources financières. A cet effet, nous sollicitons tous les opérateurs économiques, les partenaires au développement et les mécènes à accompagner ce projet. Le coût total est de 6 millions d'euros, l'Etat doit concourir à hauteur de 50%, et nous espérons que le gap sera comblé auprès de ces sponsors et mécènes », a-t-il plaidé.



Quant au comité interministériel mis sur pied, le président de l’UJACGUI, M. Samba Bah invite les ministres à être de bons patriotes, à penser d’abord au pays avant tout. « Il faut faire comprendre à l’ensemble des ministres impliqués dans l’organisation de ces activités, que ce n’est pas une occasion pour eux de se remplir les poches mais plutôt, un défi à relever. Celui de mériter la confiance de l’UNESCO et de ses partenaires. Je les exhorte vraiment à penser d’abord à la Guinée pour réussir ce pari, cette cause noble qui pourra montrer la capacité de la Guinée à pouvoir organiser des évènements d’envergures mondiales. Une sorte d’essai pour nous avant d’abriter la Coupe d’Afrique des Nations en 2023 », conclut-il.

in guineenews.org







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.