Une forêt peut-elle survivre en faisant des coupes abusives des arbres, tout en refusant le reboisement ?

by Kolazine / il y a 66 mois / 0 Commentaires
#

Alors, comme il fallait s’y attendre, des populations riveraines de la forêt d’ENTA de Kissosso ont réussi à couper presque toutes les bandes de bois utiles se trouvant au sein de cette forêt de Kissosso. Bien sûr, l’acte consiste à faire sa destruction pure et simple, mais aussi, à nuire ses ressources notamment son cours d’eau. Il est évident que des populations s’y trouvant, se sont acharnées contre cette forêt de Kissosso à cause de ses bois et ses produits utiles. Raison pour laquelle, elle est aujourd’hui à moitié dévastée et abandonnée à elle-même. Les autorités administratives et des élus locaux des lieux n’ont rien fait pour protection contre cet état de fait. Nous savons que d’immenses tas de bois ont été coupés et transportés ailleurs. Selon des citoyens qui ont gardé l’anonymat, le commerce illicite des bois rapporte beaucoup et bien de gens y trouvent satisfaction au sein de cette forêt d’ENTA. C’est pour pourquoi, il existe une trace inoubliable au sein de cette forêt.
Cependant, il semble qu’il n’y a pas si longtemps, que cet endroit était un lieu où il faisait bon à vivre. Sûrement à cause de la richesse de ses ressources, mais aussi de la beauté du site touristique. Alors, les dégâts sont aujourd’hui tels que, les meilleures ressources animales ont totalement disparu, ainsi que beaucoup d’arbres utiles. Actuellement, il ne reste plus que des arbres de moindres qualités, témoins des actions nocives qui s’étendent autour d’eux. Mieux, ce qui est beaucoup regrettable, c’est le fait que, ce sont des intellectuels, des cadres ayant de grands moyens, qui sont à la base de la déforestation, de la coupe abusive à la recherche d’un lopin de terre. Et jamais, personne d’entre eux n’a l’idée du reboisement des surfaces détruites. Seuls compte pour eux, les intérêts égoïstes qu’ils tirent des lieux.
Donc aujourd’hui, il ne reste plus qu’à demander un SOS pour cette forêt, qui n’a plus que des amas de souches et de lianes en son sein.
mamady sidibé







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.