Interview : Abraham Sidibé, Directeur Général d’Abraham Entertainment: «Il n’ya plus de lieu de communication et de sensibilisation contre Ebola que les lieux de spectacle».

by Kolazine / il y a 59 mois / 0 Commentaires
#

Abraham Sidibé, est le directeur général d’Abraham Entertainment, en prélude à l’organisation de la quatrième édition de Guinée Music Awards, nous l’avons rencontré hier Mardi au Jardin 02 octobre. Dans cette interview qu’il a bien voulu nous accordée, le directeur général nous parle de tout le contour lié à cette quatrième édition y compris la question d’Ebola. Bonne lecture.
L’on sait qu’à chaque fin d’année vous organisez Guinée Music Awards, dites nous cette quatrième édition est programmée pour quand?
Merci de m’avoir posé cette question, il de cela quatre ans qu’on organise Guinéenne Music Awards. Depuis quatre années on essaye de décerner des prix aux œuvres artistiques musicales guinéennes qui, ne se limitent pas forcement qu’aux artistes chanteurs. Mais qui récompense aussi des opérateurs culturels, des managers, des réalisateurs de vidéo. Donc pour cette quatrième édition, ça se tiendra du 5 au 6 décembre 2014 respectivement à l’Hôtel palm Camayenne avec la méga star Oumou Sangaré pour un concert VIP de 400 places et le lendemain un concert grand public au CCFG où il y’aura la remise des prix aux différents lauréats.
Quelle est la particularité de cette quatrième édition par rapports aux précédentes?
Cette quatrième édition nous montre qu’on n’est arrivé à la maturité parce qu’on aura franchie une nouvelle étape. La particularité de cette édition est le fait qu’on l’organise en deux jours, ce qui n’était pas des autres éditions, c'est-à-dire un événement concert aves une grande vedette internationale comme Oumou Sangaré, le lendemain un concert d’artistes guinéens plus une prestation des DJ et défilé de modes au Centre Culturel Franco-Guinéen avec le grand public. Donc c’est ce qui prouve qu’à partir de la quatrième édition, nous avons essayé d’élargir de plus l’événement. Coté médis aussi nous avons essayé de tisser des partenariats avec beaucoup plus de médias guinéens dont le votre notamment, Le Nimba et les médias étrangers notamment, Africa 24, Trace TV, Africable. Donc la différence est que cette année c’est la 2ème étape de l’évolution de Guinée Music Awards s’il faut le dire.
Par rapport aux catégories y’a-t-il une augmentation pour cette année ?
Il y’a eu une amélioration au niveau des catégories cette année, nous avons en effet décidé de rajouter la catégorie des meilleurs réalisateurs vidéo et dans cette catégorie vous aurez les grands noms comme, Bakayoko, comme Gandho et yelenne Studio. Vous aurez aussi la catégorie des meilleurs DJ tout comme la catégorie meilleure chorégraphie. Parce que qui parle de vidéo clip parle de la chorégraphie et dans cette catégorie on n’a le clip de Kamaldine (Wo noumaré), polossé d’Abraham Sonty et Woyen Woyenfé de Fish Kiler.
Quels sont les critères de Guinée Music Awards ?
C’est surtout le choix des journalistes et des opérateurs culturels qui sont pris en compte et dans certaines catégories il faut des professionnels, donc ce n’est pas tout le public qu’on demande. Le critère fondamental de Guinée Music Awards c’est le choix des professionnels, des journalistes culturels et des opérateurs culturels.
Vous avez parlé de spectacle grand public, quelles sont les dispositions prises face à cette épidémie d’Ebola?
Bien sûr que oui Ebola est toujours présent ça il faut le dire, mais nous pensons qu’il n’ya plus de lieu de communication et de sensibilisation que les lieux de spectacle. Il faut que nos autorités, le comité national de lutte contre Ebola nous associent à cette sensibilisation, nous sommes par excellence les gens qui réunissent le monde. Mais cette année nous nous avons pris toutes les dispositions possibles, vous savez que le centre culturel franco-guinéen est déjà par excellence un lieu où viennent tous les grands diplomates résidant en Guinée entre autres, les Ambassadeurs, les consuls et les représentants de l’Union Européenne. Donc ça veut dire que ce n’est pas n’importe où, Oumou Sangaré est une vedette internationale, mais malheureusement cette épidémie joue beaucoup sur le monde de la culture. Nous ne voulons pas donc qu’Ebola nous tue deux fois, il tue nos populations, nos familles et il nous tue en arrêtant nos spectacles et nos matchs de football. Ça veut dire qu’Ebola aura gagné deux fois sur les guinéens.
Donc il faut qu’à travers ces événements que nous essayons de sensibiliser pour lutter contre Ebola.
Est-ce que vous avez des sponsors et des partenaires pour cette autre édition?
Malheureusement jusqu’à présent nous n’avons pas de sponsors même si on n’a des partenaires qui nous accompagnent depuis toujours notamment le CCFG qui met à notre disposition toute sa logistique depuis trois ans, cette année il y’a aussi palm Camayenne qui nous donné toutes leurs logistique. Au niveau des sponsors tout le monde nous parle d’Ebola, mais nous on ne peut pas arrêter de fonctionner parce qu’il y’a Ebola, encore une fois de plus nous pensons qu’avec ces événements c’est une opportunité de lutter contre Ebola.
Le partenariat cette année c’est aussi Bénédi Records, donc nous sommes ouverts, avant l’événement le sponsoring et le partenariat sont les bienvenus.
Votre message?
Le dernier message c’est que Guinée Music Awards c’est sur invitation, beaucoup de gens se plaignent mais nous on le fait sur invitation parce que nous voulons que les professionnels y soient, nous voulons que les medias puissent restituer parce qu’ils sont les prioritaires de cette invitations y compris les producteurs et les artistes.
Cette année nous décernerons le prix de la carrière musicale à Maitre Barry qui est le plus grand saxophoniste de l’Afrique l’Ouest qui va être célébré ce jour là. Voilà ce qui fait aussi la particularité de cet événement, c’est donc quelque chose à vivre absolument.
Propos recueillis par Samba Marco







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.