Interview : Mohamed Camara Branco : « je me suis occupé de la chanteuse, M’mahawa Soumah pendant 20 ans»

by Kolazine / il y a 64 mois / 0 Commentaires
#

Branco de son vrai nom Mohamed Camara est l’un des leaders vocaux du premier groupe traditionnel de Guinée (les Etoiles de Boulbinet). il est un artiste dont la voix est très appréciée par les femmes. Dans un entretien qu’il nous accordé, Branco nous parle de son parcours, du problème qui sévit au sein des étoiles de Boulbinet, ses relations avec sa copine, M’Mahawa Soumah aussi chanteuse et de sa vision sur la musique guinéenne. Bonne lecture.
Parle-nous de ton parcours ?
Je suis né dans un quartier où la musique est beaucoup pratiquée. Mon père n’a jamais voulu que je chante parce qu’il était très religieux, il avait voulu que j’étudie. Donc je me cachais pour aller chanter. C’est après que ma mère s’est rendu compte que je chantais, qu’elle m’a confié à un grand (Caréca) des Etoiles de boulbinet. En ce moment les Etoiles étaient chez vieux Koka le créateur de Gongoma, un instrument traditionnel fait à base d’une calebasse. Quand ils ont quitté, on n’a été recruté sous le nom « les Etoiles authentiques de Guinée » puis « les héritiers de vieux Koka ». Comme Etoile est comme une équipe nationale, on recrute les petits groupes, c’est ainsi que moi j’ai remplacé Charlie à l’harmonica. Du coup j’étais devenu membre du groupe les Etoiles de Boulbinet. C’était entre 2004-2005.
Mais laissez-moi vous dire que je n’ai pas fait la musique par passion mais plutôt pour aider ma mère qui avait beaucoup souffert pour moi. C’est elle qui faisait tout pour moi, mes frais de scolarité jusqu’en 10ème année. Donc elle ne pouvait plus continuer par manque de moyen. C’est ainsi que je me suis engagé dans la musique pour lui venir en aide, parce que pour moi la musique était le chemin le plus rapide pour avoir de l’argent. Et finalement j’ai eu la chance d’avoir l’occasion de chanté un titre dans le groupe, j’ai fait le morceau « Sérè M’mah » qui a été un véritable succès. Et j’ai successivement participé dans les albums « 10 ans de chrono, 10 ans de succès », « le cinquantenaire » et « babylone ».
Parle-nous de ce groupe « Les etoiles de boulbinet » ?
Ah vous savez, ce n’est pas facile de gérer un groupe. Si l’un gagne quelque chose, l’autre dit que c’est lui qui devrait l’avoir. Donc il y’a des fois de l’égoïsme. Le groupe c’est pour tout le monde mais le succès est individuel.
Est-ce que tu es toujours avec les Etoiles de Boulbinet ?
Je ne peux pas dire qu’on n’est pas ensemble et vice versa. Parce que la vérité est bonne à dire on ne se comprenait plus. Pourquoi ?, parce que dans un groupe si tout le monde décide de chanter, ça ne peut pas aller. C’est là que le problème a commencé quand tout le monde a décidé de chanter. Parce que l’autre chanté et il a eu un véhicule.
Un groupe de 14 personnes, si tout le monde chante ça ne peut pas aller. Les leaders vocaux ne peuvent pas chanter en même temps que les musiciens dans un album. Et puis les fans veulent toujours écouter les lead vocaux comme M’Pandy après nous autres. On veut faire un album en l’absence de M’pandy, ce n’est pas normal. C’est comme ça donc les choses se sont passées jusqu’à la dislocation du groupe.
Moi j’ai récupéré les doyens avec lesquels je travaille aujourd’hui. Je suis avec 7 personnes donc J’ai la moitié du groupe avec moi.
C’est avec quel nom tu évolue avec eux ?
Toujours mon nom, Branco Etoile de Boulbinet.
Avec ce groupe tu as réalisé un album ?
Non je n’ai pas fait d’album ni de concert à l’extérieur du pays.
Qu’est ce que tu peaufine actuellement ?
Depuis mon voyage, j’ai pris les passeports de tous les éléments du groupe pour avoir si je pouvais avoir une opportunité de partir avec eux pour des concerts. Parce qu’il est très bon de jouer avec son groupe dans un concert, comme ça vous pouvez mieux représenter. Mais le moment n’est pas encore venu, si Dieu le veut ce jour arrivera.
Et l’album ?
Ça c’est un projet personnel que je devais faire avec contacts Evolutions depuis longtemps. Mais je pouvais le faire parce que j’évoluais en ce moment avec les Etoiles de boulbinet avant mon départ à l’extérieur du pays pour ne pas qu’ils disent que c’est parce que j’ai voyagé que je veux maintenant faire un album solo. Donc c’est ce qui a fait que j’ai été retissant après avoir contacter beaucoup de personnes.
Donc c’est Contacts Evolutions qui te managent ?
Non pas aussi ça. Tu sais dans la vie il ne faut pas faire semblant, soit tu es dedans soit tu ne l’est pas. Actuellement mon album est prêt et je cherche un bon producteur pour l’enregistrer.
Quelle est votre relation avec les autres membres du groupe ?
Oui le courant passe bien surtout avec M’Pandy, il m’appelle souvent et même quand il a concert il m’informe et il me dit de l’accompagner des fois. Partout où il est il m’appelle quand il vient en ville. Parce que les problèmes ont commencé les gens ont voulu m’accusé. Mais c’est M’Pandy lui-même qui disaient aux gens que ce n’était pas moi. Beaucoup l’avaient accusé aussi, pourtant ce n’est pas lui, il n’était pas en Guinée quand les problèmes se déclenchaient. Si non personne ne peut dire quelque chose choses dans ce groupe plus que M’pandy. Si vous entendez Etoiles, c’est lui qui est à la base.
L’on apprend aussi que le véhicule qu’on t’avait offert au temps de Dadis, c’était pour tout le groupe ?
Le véhicule là c’est fille de Hadja Mariama Dubreka, Aissatou de la Belgique qui me l’avait offert quand j’ai chanté sa mère. Comme elle aime beaucoup sa mère, elle a demandé à mon ami kaka qui est aussi laba de m’acheter un joli téléphone, après ce dernier lui conseillé de m’acheter une petite voiture. C’est comme ça donc j’ai eu cette voiture. Et puis le jour où on m’a appelé pour m’annoncer la nouvelle, on n’était à l’université Sonfonia pour un concert comme Dadis devait y venir. C’est après le concert que moi-même j’ai informé le groupe que j’ai eu une voiture. Comme vous le savez en Afrique on emploie toujours le notre dans ce genre de situation. Je suis trop petit pour bloquer quelque choses qui appartient au groupe, je ne suis ni leader ni membre fondateur du groupe.
C’est hadja Mariama dubreka elle-même qui m’avait aidé à dédouané ce véhicule. Entre temps ce véhicule là est gâte et comme j’étais en contacte avec quelqu’un qui vit aux Etats Unis, ce dernier m’a envoyé une 4-4 six cylindres.
Il y’a des rumeurs qui courent dans la cité comme quoi, tu as laissé ta copine, la chanteuse M’mahawa Soumah parce que le succès est là maintenant ?
C’est la première fois que j’aborde cette question avec un journaliste, parce que la plus part font un parti pris. M’Mahawa a fait beaucoup d’interview sur cette question dans les radios, les télévisions que moi-même j’ai suivies. Mais pour moi, c’est un non événement, parce que tu ne peux pas dire à quelqu’un pour qui tu n’as même pas acheté une paire de chaussure, que tu l’as connu au moment où il galérait. Quelqu’un qui t’a nourrit pendant 20 ans et puis les 2 enfants que tu as faits pour lui, tu viens les lui rendre sans aucune raison. Je ne comprends pas. Mon premier enfant aura bientôt 14 ans et puis tout ce temps il était avec moi. Depuis à 2 ans mes enfants étaient avec ma mère. Donc c’est ma mère qu’ils considèrent comme la leur et moi leur père. Si quelqu’un ( M’Mahawa Soumah ndr) dit qu’on la laissée avec ses enfants, c’est vraiment incompréhensif. Depuis que mes enfants sont nés, ils toujours avec moi, leur maman ( M’mahawa Soumah ndr) ne cherche jamais à connaitre leur situation. Comme on n’est en Guinée, chacun parle comme bon lui semble et sans chercher la vérité. Mais moi je préfère que Dieu me donne raison au lieu qu’une personne ne me la donne. Parce que si Dieu te donne raison personne ne peut te la retirée. Je me suis occupé de M’Mahawa pendant 20 ans.
Aujourd’hui il y’a l’assurance maladie qui est ouverte pour tous les artistes, est ce que tu as à ce produit ?
Non pas encore, mais comme je suis en contrat avec Contact Evolutions et qu’elle connaisse l’affaire, je me dis qu’ils pourront faire la souscription pour moi. Mais s’ils ne la font pas, moi je m’engagerai.
Mais quelle lecture fais tu de cette initiative ?
Si ça aboutit c’est une bonne chose. Mais vous savez en Guinée les choses continuent rarement.
Comment tu vois l’évolution de la musique guinéenne ?
Et là, toi-même tu as bien constaté. Avant, au moment où on enregistrait au studio JBZ, on ne parlait pas de mauvais albums. Mais aujourd’hui on constate même dans les boites de nuit, si on veut mettre la musique guinéenne, ce sont les morceaux de nos ainés qu’on programme comme, Ibro Diabaté, Maké Diawara, Sékouba Bambino, Kerfala Kanté, bras Kassé, pour ne citer que ceux-là. Nous la nouvelle génération on ne chante plus, on ne fait qu’imiter. Quand toi tu chante, j’essaye de modifier un peu à ma manière. Parce que personne ne travaille, on n’est en crise d’ingénieurs de sons. Pas beaucoup d’arrangeurs, ceux qui sont bons ont beaucoup d’artistes à gérer donc il finira par s’épuiser ce n’est pas une machine. On n’était en avance mais aujourd’hui on n’a prit beaucoup de recule. Il y’a un problème de producteurs, de managers, les artistes aussi ne savent ce qu’ils doivent faire pour avancer. La piraterie aussi bat son plein. A qui la faute ? Est ce que les artistes, les producteurs ou encore le BGDA ?
Alors qu’est ce qu’on doit faire face à cette situation ?
Chacun en ce qui lui concerne doit prendre ses responsabilités. L’artiste doit bien veiller sur ses œuvres comme il veille sur son enfant, le producteur aussi la même chose. Ainsi de suite.
Le mot de la fin de cet entretien ?
Je dirai à tous les guinéens d’être unis, d’être unis parce que la Guinée appartient à tous les guinéens. On ne s’aurait parlé de la Guinée en l’absence des guinéens, on ne s’aurait parlé de la Guinée sans la Paix alors unissons nous pour faire avancer la Guinée. Laissons l’ethnocentrisme, le régionalisme, soyons une et indivisible.
Je ne s’aurais terminé cet entretien sans remercier les journalistes comme vous, qui viennent à la source de l’information, remercier le journal fax de Guinée qui m’a donné l’opportunité de m’exprimer dans ses colonnes mais aussi remercier les gens comme legous qui se met toujours à la disposition des artistes. Il nous suit de près et de loin et tous les jours. Bref je remercie tous ceux qui ont contribué pour nous.
Propos recueillis par Samba Marco







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.