Guinée : Mode, quand la couture nigériane prend le dessus

by Kolazine / il y a 52 mois / 0 Commentaires
#

Actuellement, il est à remarquer dans tous les coins et recoins de la ville que les festivités du moment à savoir les « fin du mois » battent le record à travers les fêtes mensuelles sur toute l’étendue du territoire. Ce phénomène « style nigérian » à savoir le foulard, les dentelles, l’éventail, les gros colliers, les couleurs attrayantes venant du côté anglophone est beaucoup plus prisé que les locaux, et dominent toutes les bonnes dames de la capitale au mépris du Bazin, le lépi, le tissu ‘forêt sacrée’ ou autres tissus purement guinéen. Ces derniers ont tendance à disparaitre car, ils ne sont pas aussi utilisés comme ceux nigérian.
Redorer le tissu guinéen devient un souci majeur pour les vendeurs de tissus, Mamasta Sylla nous fait savoir son mécontentement : « Moi j’allais dans différentes régionsde la Guinée pour apporter des pagnes au goût des guinéennes, les lépi du foutah, le tissu appelé bougie de Kindia, le ‘ forêt sacrée’ et plein d’autres, mais hélas, les bonnes dames ne demandent que les tissus à la tendance nigériane avec le foulard qui s’attachent avec pagaille. Ce phénomène nuit à notre marché et celaengendre des conséquences sur notre économie mais aussi au délaissement de la culture guinéenne »
Une autre cliente du nom de bintou Touré nous confie : « l’habillement nigérian est une façon d’exprimer la mixité de l’Afrique qu’on ne vole pas une culture mais on l’exprime à notre manière et ça nous met à l’aise et nous créons la différence dans les lieux de mariage, de baptême et autres …. »
Entendons dire que l’importation de la culture nigériane est une bonne chose mais celle du terroir est aussi meilleure, et qu’on doit toujours chercher à la valoriser à travers le monde. On doit aussi tirer un chapeau pour le peuple nigérian qui a su imposer sa culture hors de ses frontières.
A suivre….
Fatim Diallo







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.