Portrait : Ce qu’il faut savoir sur Abdoulaye Keita, artiste guinéen

by Kolazine / il y a 48 mois / 0 Commentaires
#

Connu pour ses titres mélodieux avec des textes hautement responsables et pleins d’adages, Aboulaye Keita est un auteur-compositeur et chanteur guinéen. Né au Foutah Djallon en 1962, dans la préfecture de Tougué, sous-préfecture de Fatakoh et district de Fogo, il est le fils de Mamadou Samba et d’ Adama Hawa Diallo. Troisième d’une famille de 10 enfants, Abdoulaye Keita s’interesse très jeune à la musique à laquelle il est arrivé par amour nous dit-il, contrairement à ses frères qui préfèrent un chemin tout autre.

Issu de cette famille où le coran et l’islam sont la seule pratique autorisée et où la musique est proscrite, Abdoulaye Keita déroge à la règle meme s’il étudiera le coran comme ou plus que beaucoup d’enfants de son age au Foutah. L’homme est fort, mais le destin est plus malin, la musique deviendra sa seule occupation, sa passion pour ne pas dire son obsession en lieu et place de l’école française qu’il regrette ne pas avoir eu la chance de fréquenter.

Il commence dès lors à faire compagnie avec les ainés, musiciens amatteurs du village dans l’animation des hirdès allant de villages en districts pour tenir des soirées de réjouissances communement appelées Podha alors très répandues dans le Foutah. En 1983, il adhère à la troupe théatrale et artistique de Tougué et prend pour la première fois à cette date le micro pour ainsi réaliser son reve ; chanter avec ses ainés au nombre desquels Oury Tambin et Farcel.

En 1984, Abdoulaye Keita apprend à jouer à l’accordéon avec d’autres grands frères comme Camara et sara. Il ne s’arrete pas là et décide de se rendre à Dalaba, précisement à Kankalabé toujours en moyenne-guinée pour mieux apprendre à jouer aux instruments et à chanter. C’est la rencontre avec Champion Samba Djouldé, un autre ténor du folklore pastoral qui devient son maitre dans la musique avec d’autres artistes comme yéro kessou Kanté,kandia doghol, Abdoulaye Dabola, Diallo Moussa Ndouggou aujourdhui président des artistes de Kissidougou.

A la mort du maitre, Abdoulaye Keita et ses amis décident de maintenir le groupe. Mais déjà Abdoulaye Keita, des mains de champion Samba Djouldé, avait maitrisé les contours de la chance, de la composition et du travail de la voix. En 1987, avec ses amis, il se rend à Kissidougou, Boffossou, à Guéckégou, à Nongoa, vers la frontière guinéo-sierra-léonnaise pour chanter et faire danser. Des années plus tard de 1989 à 90, le groupe se rend en Cote d’ivoire et au Liberia pour les memes raisons, première sortie hors des frontières guinéennes.

1994, Abdoulaye Keita forme son propre groupe qui porte son nom et commence à chanter à son compte personnel pendant 9 ans après son retour à Tougué. 2004, avec l’apport de Sékouba Fatakoh, il sort son premier album, intitulé Foutah wély , sous le label CDS production. Aujourdhui, il totalise trois albums à dimension internationale, une panoplie de singles et de featurings avec des artistes guinéens et internationaux et prépare présentement son quatrième album,bientôt dans les baks.

Il est marié à deux femmes et père de 10 enfants dont quatre, trois filles et un garçon sont déjà morts. L’artiste trouve sa source d’inspiration dans le quotidien des hommes ou dans la nature. Il est connu surtout pour ses textes intélligents et responsables. Il a une dévise, « chanter sans insulter, sans attaquer ». Il a livré plusieurs concerts à dimension internationale aux Etas-Unis, en Europe et en Afrique et compte bien vivre de sa musique qui lui rapporte plus ou moins malgré les conditions de vie et de travail dérisoires que connaissent beaucoup d’artistes de sa génération. On pourrait dire qu’une belle carrière l’attend encore.

Portrait réalisé par Amadou Keita







Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire